Il s’agit d’un jeu à zéro joueur, ce qui signifie que son évolution est déterminée par l’état initial et ne nécessite aucune saisie ultérieure de données. Le « plateau de jeu » est un maillage plat formé de carrés (les « cellules ») qui s’étendent à l’infini dans toutes les directions. Par conséquent, chaque cellule a 8 cellules « voisines », qui sont celles qui lui sont proches, y compris les diagonales.

Les cellules ont deux états : elles sont « vivantes » ou « mortes » (ou « on » et « off »).

L’état des cellules évolue sur des unités de temps discrètes (sans doute à tour de rôle).

L’état de toutes les cellules est pris en compte pour calculer l’état des cellules au tour suivant. Toutes les cellules sont mises à jour simultanément à chaque tour, en suivant ces règles :

  • Une cellule morte avec exactement 3 cellules vivantes voisines est « née » (c’est-à-dire que le tour suivant, elle sera vivante)
  • Une cellule vivante avec 2 ou 3 cellules vivantes voisines est encore vivante, sinon elle meurt ou reste morte (par « solitude » ou « surpopulation »)
  1. Le jeu de la vie — YouTube
  2. Le jeu de la vie — Wikipédia
  3. Le jeu de la vie — Ac-poitiers.fr
  4. Le jeu de la vie — Boowiki